On a nettoyé la plage de Nice

Le 8 juin 2019, j’ai organisé un nettoyage de plage à l’occasion de la journée mondiale des Océans, en partenariat avec les associations Ocean Mimic et Surfrider, à Nice.
15 visages inconnus, 35kg de déchets qui n’étaient pas les nôtres, à 900 bornes de ma maison.
Voici ce qui tournait en boucle dans ma tête, 1 heure après l’événement.

Je suis sincèrement heureuse de l’avoir fait et reconnaissante d’avoir rencontré des gens avec qui j’ai partagé les mêmes valeurs.

Mais en même temps, j’aurais aimé à ne pas à avoir le faire.
J’aurais aimé ne pas être écœurée par la quantité de mégots retrouvée sur cette plage “sans tabac”.
J’aurais aimé qu’à la place du plastique, il y ai des coquillages.
J’aurais aimé retrouver des oiseaux sur la plage, à la place des canettes de bières.
Mais mes vœux n’ont pas été exhaussés ce jour là.
A la place des éléments dont je rêvais, il y avait une quantité anormale de déchets un peu partout.

Cette initiative citoyenne n’aurait pas été réalisée sans ses courageux bénévoles, avec qui j’ai passé deux heures à nettoyer la plage. Merci et bravo à eux, je suis reconnaissante de leur présence et de leur motivation.

Bilan

Nous avons collecté environ 35kg de déchets sur une plage nettoyée chaque matin & sans tabac. 
Parmi les déchets : des mégots à gogo; du plastique sous forme de cuillères, de gobelets, d’emballages, de bouteilles ; des canettes en alluminium… bref, la totale. 

happy day

Organisation d'un nettoyage de plage

En France, la démarche à suivre pour organiser un nettoyage de plage est assez simple. 
Pour ma part, j’ai directement contacté Surfrider Europe Fundation, pour être sure d’être dans les règles, car ils ont créé un système pour faciliter la démarche, notamment au près de la mairie de la ville en question. 
Ensuite pour être sure que mes déchets seraient pris en charge, j’ai contacté la ville de Nice. Ils ont mit en place il y a quelques années, un service spécifique pour soutenir les nettoyages de plages. Après avoir envoyé un mail, j’ai rapidement reçu un coup de fil, & été guidée et conseillée. 
Une fois la date, le lieu et l’heure posés, j’ai pu inscrire mon événement sur Facebook, sur les initiatives océanes de Surf Rider, sur le site World Oceans Day et sur le site d’Ocean Mimic. 
Ayant très peu de connaissances à Nice et dans la région, il aurait été assez difficile de rassembler des personnes, si je n’avais eu ces réseaux sociaux. J’ai donc compté sur leur puissance.
J’ai contacté différentes associations locales & relayé l’information dans des groupes Facebook locaux. 
Je n’ai pas eu le soutien de la presse locale, cependant, j’ai réalisé deux jours avant, un petit reportage avec RMC, où l’information de mon nettoyage de plage a été relayée, notamment sur BFM.TV.

Beach clean-up arround the world with Ocean Mimic

Ocean Mimic est une marque et un mouvement engagé et activiste. Créée par deux passionnées de plongés en 2018, le concept est basé à Bali.
C’est cette association qui m’a contacté pour être ambassadrice du mouvement de la journée mondiale des Océans en France. 

Ocean mimic est également un mouvement actif : avec le #MimicMovement, Emma et Chelsea, les fondatrices, ont pour but de répandre des nettoyages de plages partout dans le monde. Leur but est d’éduquer, notamment les jeunes locaux balinais en leur donnant des outils pour stopper l’usage du plastique et les sensibiliser d’avantage au problème.

Ocean Mimic est également une marque de combinaisons de plongés eco friendly, conçues à partir des déchets plastiques collectés lors des nettoyages de plage. Pour 10$ dépensés, Ocean Mimic s’engage a ramassé 1 kilo de déchets.
Inspirées par l’Océan, elles mettent en lumière la vie sous-marine, à travers des designs originaux.
Prête à surfer en respectant Mama Earth ? 

surf wetsuit om
design

Le 8 juin 2019, leur mouvement a rassemblé près de 200 volontaires dans 10 pays à travers le monde. Environ 2 tonnes de déchets ont été collectés en ce jour.
Et depuis leur début, 7727kg de déchets ont été collectés, grâce aux nettoyages de plages 

Qu'est ce que celà signifie ?

Si ces types d’actions et de mouvements sont positifs et en pleines croissances, les chiffres liés aux déchets sauvages (également en pleine croissance) ont une résonance fortement négative.
Si ces chiffres alarmants ne vous parlent pas, laissez moi vous faire un little reminder:
Alors que 10,1 tonnes de plastique sont produites chaque seconde, plus de 9 millions de tonnes de plastique sont directement déversés dans l’Océan chaque année (et je parle des Océans, même pas de la Nature).
Depuis des années, plusieurs vortex de déchets se sont crées dans différentes zones océanes, à tel point, qu’on parle depuis de 7ème continent, de 3,5 millions de km^2 (environ 6 fois la surface de la France).
L’accumulation de ces déchets représente un danger ultime pour les espèces marines, qui prennent le plastique pour un aliment et finissent étouffées. 1,5 millions sont tués chaque année par le plastique et en 2050, on estime que 99% de ces animaux marins auront ingéré du plastique.
Inclus à l’intérieur de notre chaîne alimentaire, ce plastique est nocif pour notre santé : nous avons environ 11 000 microparticules de plastique dans le corps.
Et oui, quand on vos dit qu’on ingère l’équivalent d’une carte bleue par an, c’est malheureusement pas du bullshit !
Les ressources marines menacées par cette pollution représente une richesse inestimable, une source de nourriture vitale pour certaines régions et une grande diversité d’emploi pour parler d’économie.

Pour faire bref, les poumons de la Planète n’ont jamais été autant en danger.
Et peu importe d’où l’on vient et où l’on se trouve, nous sommes tous connectés par ces Océans. 

C'est quoi la suite ?

La suite, c’est de continuer ses actions.Tant qu’il y aura des déchets sauvages, tant que les océans et la vie marine sont en dangers, nous serons là, nous nous batterons. 

La suite, c’est aussi de se dire que si rien ne change, que si nous continuons de contaminer nos océans, nous fonçons droit dans le mur. & aucun scénario catastrophe n’est à la hauteur de ce qu’il nous attend. 

Mais bien heureusement, nous avons le pouvoir de faire quelque chose. Nous avons le pouvoir de changer nos habitudes, et chaque geste, chaque action, chaque individu compte.
Diminuer, supprimer le plastique à la source est une étape que nous devons intégrer dans notre vie, pour protéger la nature, l’Océan & pour nous protéger nous-même.

Je te partagerai dans les prochains jours un article concernant les alternatives en matière de plastique, que j’utilise dans mon quotidien. 
Je te retrouve très vite pour sauver nos océans. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *