Un an après avoir déménagé dans Les Landes

Il y a quelques mois, j’ai pris la décision d’écouter ma petite voix intérieure, qui rêvait de surf, d’océan, de nature. J’ai répondu à l’appel du large, l’appel du coeur. J’ai décidé de quitter les bancs de l’école pour me tourner vers une vie plus riche de sens. J’ai pris l’initiative de m’installer seule sur la côte ouest, pour être indépendante et me rapprocher des choses que j’aime. De la décision à l’action, il s’est passé quelques mois pour commencer cette nouvelle vie. Un an après, je peux enfin appeler ce lieu « ma maison » et dire que je suis épanouie.

Dans cet article, je t’explique ce qui a motivé mon choix de m’installer dans les Landes. Je te partage également ma démarche et ma vraie nouvelle vie sur la côte ouest.

« Tout quitter, changer de vie, partir, improviser, expérimenter »

Tout quitter pour une vie plus douce et plus riche de sens

Il y a parfois ces moments de vie où l’on ne sent pas en accord, pas à sa place dans sa vie. C’est ce qu’il s’est passé pour moi l’année dernière, lors de mes études à Paris.

Je rêvais d’océan et de surf du matin au soir. Sur les bancs de l’école j’avais l’impression de ne pas avancer dans mes projets et de ne pas avoir de réel impact. J’avais l’impression de passer à côté des choses qui me faisaient rêvée. Je n’étais pas heureuse dans mon environnement.

A la rentrée de septembre, j’ai donc décidé de poser mes bagages dans Les Landes, sans argent mais avec une énorme motivation à vivre une vie d’indépendance, de ride, de liberté.

Une vie plus proche de la Nature

En déménagent, je voulais vivre dans un endroit où je me sentais vivante. Je voulais bénéficier d’un environnement favorable à faire développer mes passions profondes et mes rêves.

Il y a quelques années, grâce à mes parents, j’ai eu la chance de découvrir Les Landes, une région entourée d’une nature sauvage et de l’océan. Je suis tombée amoureuse des vagues et de ces forêts de pins où l’énergie est si forte. 

Mon cadre de vie actuel reflète ce que je suis, ce dont j’ai besoin. Un lieu idéal pour prendre soin de mon écologie intérieure et développer mon engagement écologique. Un endroit qui me permet de me réfugier à l’océan pour trouver de l’inspiration ; à retrouver les copains au sunset ; à rejoindre des locaux pour des nettoyages de plage ; à monter des projets et interviewer des gens qui se bougent pour l’écologie.
Un lieu qui me permet de me retrouver, tout simplement.

Depuis quelques mois maintenant, j’ai la chance de me faire réveiller par le bruits des vagues, de me balader à côté de l’océan, à trois pas de mon appartement. Je surf pendant mon temps libre, au lieu d’attendre des mois pour traverser la France pour une session de deux heures. Je me balade entre les pins et les fougères des Landes, ou au coeur des montagnes du Pays Basque. Et entre les forêt, je skate sur le bitume lisse des routes landaises.

La vraie vie, sans filtres

Un des objectifs de ce blog, est d’enlever, du mieux que je peux, tous les filtres entre ma perception des choses et la réalité. Alors, pour être sincère, des galères il y en a eu et il y en a toujours. Et il me semble important de partager ces choses que j’aurai personnellement aimé connaître avant de m’installer ici. 

Ne voit pas Hossegor comme une destination ensoleillée l’hiver. Dès mon arrivé, en novembre 2019 j’ai fait face à une météo assez capricieuse et des tempêtes tout l’hiver. Donc inutile de m’imaginer bronzée et en maillots de bain sur la plage. Plutôt en imperméable jaune fluo, les cheveux dans tous les sens et blanche comme neige. Moins sexy hum ?!

L’hiver peut être difficile à vivre, car il y a peu de monde : rien à voir avec les plages bondées de l’été et tous les Australiens dans les bars. Les rues sont un peu fantôme et l’ambiance est très calme. C’est dans ces moments que la distance et l’éloignement des meilleurs amis et de la famille se font fortement ressentir. 

Je ne suis pas venue ici en vacances : j’ai travaillé à temps plein, et n’ai pas eu tout le temps désiré pour profiter de cet endroit, du soleil et des vagues. Et encore faut-il que toutes ces conditions soient au rendez-vous lorsque j’ai du temps libre.

Ma liberté de me déplacer est limitée : j’ai raté mon permis l’année dernière et je n’ai pas pris le temps de m’organiser pour le passer cet hiver. Tous mes trajets se font en vélo, en skate, en bus. Je n’ai donc pas vraiment l’opportunité de me déplacer aux alentours. Même si faire du vélo est très agréable, ça reste physique et je dois m’organiser pour partir toujours plus tôt. Et je ne vous parle même pas des jours de pluie, de tempête, d’orage.
Pour aller dans le magnifique Pays Basque, par exemple, je dois compter sur les covoiturages, les bus ou les trains. Je dois donc m’organiser pour tous ses trajets qui demandent du temps et de l’argent. 
Pour le surf, c’est pareil : je peux surfer sur la plage en face de mon appartement, mais si les conditions sont mauvaises sur ce spot, c’est plus difficile de me déplacer sur un autre.
J’ai eu cependant l’immense chance d’être bien entourée et d’avoir des amis autour de moi qui peuvent me véhiculer.

Enfin, en ce qui concerne l’argent, ne t’emballe pas : j’ai gagné le smic toute l’année. Je ne suis pas venue ici pour faire la fête, sortir et dépensé tout mon argent : et on sait tous que c’est parfois difficile de résister aux tentations. Le but, c’est de mettre le plus de côté pour financer mes premiers voyages et mes projets dans quelques mois. Donc le moins de fantaisies, de restaurants, de grosses sorties, de shopping, de gadgets derniers cri possible. Mais ça me convient très bien, car j’ai choisi mes priorités. Même si de temps en temps, surtout l’été, il m’arrive de craquer pour des açaï bowls…mais en même temps… c’est trop bon.

Comme tout le monde, je suis humaine et j’ai mes moments de doute, de remise en question, de tristesse. Physiquement aussi il m’arrive d’avoir des coups bas, lorsque je me blesse par exemple, notamment en skate. La saison estivale a également été assez intense et parfois, la tristesse ou la colère l’emporte.

Enfin, je pense avoir longtemps mis ce lieu sur un piedéstal. J’ai toujours adoré l’univers du surf, mais en venant ici, j’ai vite compris que certaines personnes ne sont pas aussi cool et open-minded que sur Instagram. Et oui, tout ce qui brille n’est pas de l’or ( même les cheveux blonds des surfeurs ).  Il y a parfois des moments assez malaisants, avec certains locaux qui privatisent un peu les vagues ou les spots de surf. L’ambiance à l’eau est donc parfois moins cool que se que l’on pourrait croire.

& malgré ça, la vie est vraiment belle ici

Malgré les contraintes (qui seraient d’ailleurs présentent dans n’importe quelles situations), je me sens heureuse et épanouie dans ce petit coin de paradis. J’ai rencontré des personnes formidables, qui m’ont beaucoup aidé dans pleins de circonstances et qui m’ont fortement inspiré. Des gens qui comme moi ont changé leur vie en s’installant dans le coin. Des gens inspirants qui se battent chaque jour pour les choses qui comptent. J’ai rencontré des surfeuses et des surfeurs qui sentent bons l’eau salé, qui ont les yeux qui pétillent à chaque retour de sessions et qui parlent de la courbe des vagues d’une manière belle et passionnée. C’est ici que j’ai rencontré mon amoureux, d’une manière aussi inattendue, qu’évidente. Toute ces personnes ont remplies et remplissent mon coeur et mon âme de rayons de soleil et de lumière. 

Je me suis éclatée toute l’année au boulot en travaillant avec des personnes bienveillantes et drôles, dans un job qui respecte mes valeurs : assistante manager dans un restaurant healthy, qui propose des produits bio et home-made.

Je me sens dans mon élément lorsque je suis dans l’eau et de plus en plus à l’aise en surf, ce qui me permet de profiter des vagues et de sortir de l’eau avec le sourire à chaque session.

J’ai eu l’opportunité de faire quelques trips dans le Nord des Landes et dans le sud du Pays Basque, avec mes copines. J’ai tellement profité, et je profite tellement du moment présent. Certains moments m’ont paru magiques, hors du temps.

& c'est quoi la suite ?

L’idée c’est de rester encore un petit moment dans cet environnement propice à l’émergence de mes projets. Profiter du cadre de vie, des sessions de skate entre deux forêts, des balades ensoleillés sur la plage et du surf dans l’océan. Profiter de chaque jours, dans ce nouveau cadre, profiter des amis, rencontrer des gens, développer le blog et mes projets. Voyager lorsque l’envie m’en prends. Saisir des opportunités et en créer de nouvelles. M’épanouir, prendre soin de moi et vivre dans le moment présent.

Je viens de quitter mon CDI en restauration pour profiter d’avantage de ce lieu et développer des projets personnels.

Et puis la suite après tout ça ? 

On verra bien ce que la vie nous réserve. Mais dans l’idée, partir pour une nouvelle aventure, avec la personne que j’aime, pour rejoindre un projet que j’aime et vivre la vie que j’aime. 

~ ~ ~ 

Je me suis dit qu’en écrivant ces mots, je manquerai forcément de recul sur ma nouvelle vie ici.
Mais, finalement, en une année, j’ai eu le temps de faire le tour.
J’avais besoin de partager toutes ces choses. J’avais besoin de montrer la « réalité » de ma vie ici. Et surtout de t’envoyer des ondes positives, de te pousser à t’accrocher à tes rêves. Car tout devient possible quand on s’en donne les moyens. Ca ne veut pas dire que c’est facile, mais que c’est réalisable. Tout est une question de volonté et de persévérance. Peu importe l’avis des autres et tes peurs, si tu te sens mal dans ton cadre de vie, si tu rêves d’autres endroits, où tu vas pouvoir t’épanouir et être heureux : FONCE, car c’est possible.

Et non, je n’ai toujours pas de diplômes, pas d’études concrètes. Mais mon bonheur et mon épanouissement à l’instant présent, valent bien plus que tous les diplômes du monde. 

ys
IMG_3919

Et toi ? Tu es du coin ? Tu viens de t’installer ? Ou tu as simplement été inspiré par cet article ?
N’hésite pas à laisser un commentaire, je serai heureuse de lire ce que tu en as pensé.